Donate
News

LES CHEFS DE POLICE, DE POMPIERS ET DE SERVICES  MÉDICAUX  D’URGENCE APPLAUDISSENT À LA DÉSIGNATION DE FRÉQUENCES POUR LA SÉCURITÉ PUBLIQUE

mercredi 28 mars 2012

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE : Le 28 mars 2012

(Ottawa) – L’Association  canadienne  des  chefs  de  police,  l’Association canadienne des chefs de pompiers et les Directeurs des services médicaux d’urgence   du   Canada   (DSMUC) se sont associés pour exprimer leur appui à la désignation, par le gouvernement du Canada, de fréquences de la bande de 700 MHz pour les fins de la sécurité publique.

« Nous  applaudissons  à  l’engagement  du  gouvernement  du  Canada  à  désigner  des  fréquences   de la bande de 700 MHz pour les communications à large bande aux fins de la sécurité publique,  a  affirmé  le  chef  Dale  McFee,  président  de  l’Association canadienne des chefs de police.   Le   Canada   pourra   ainsi   s’harmoniser   avec   les   États-Unis   en   vue   d’une   véritable   interopérabilité transfrontalière entre organismes de sécurité publique.

Un comité des chefs des trois services – police, pompiers, et services  médicaux  d’urgence  – militait  pour  l’affectation  d’une  tranche  de  20 MHz de la bande de 700 MHz  afin  d’assurer  des   communications efficaces entre intervenants.

« Les agents de police, pompiers et paramédics canadiens doivent avoir accès à des capacités de communication modernes et fiables, y compris pour la transmission à haute vitesse de données  et  d’images  vidéo, pour communiquer entre organismes et entre secteurs pendant des urgences,  a  ajouté  le  chef  Michael  Nolan,  président  des  DSMUC.  L’accès  à  la  bande de 700 MHz est essentiel pour des communications du 21e siècle entre premiers intervenants au Canada. Nous sommes heureux que la voix de la sécurité publique ait été entendue. »

Le 17 février  2012,  le  Congrès  américain  a  accepté  d’affecter  un  bloc  supplémentaire de spectre à la sécurité publique et d’appuyer la création d’un réseau national à large bande pour les missions de sécurité publique. Les États-Unis avaient déjà réservé 10 MHz aux communications à large bande; en ajoutant le bloc D, la sécurité publique dispose d’une plage de 20 MHz.

Le ministre de l’Industrie Christian Paradis a indiqué qu’Ottawa étudie les implications de la désignation du bloc D du spectre pour les fins de la sécurité publique aux États-Unis. Il consultera les parties intéressées au sujet d’une option semblable pour les premiers intervenants au Canada.

« Nous sommes encouragés par l’intention du gouvernement du Canada de prévoir uneaffectation analogue à celle des États-Unis, ce qui rehaussera la capacité des intervenants d’urgence de protéger les collectivités et de sauver des vies, a dit le chef Rob Simonds, président de l’Association canadienne des chefs de pompiers. Des affectations de fréquences sont essentielles à la vision des trois services du Canada d’une meilleure interopérabilité et d’une gestion intégrée des urgences. »

Les associations des trois services ont aussi souligné le leadership exercé par le Groupe d’intérêt canadien en technologie de l’interopérabilité (GICTI) en vue de faire de ce dossier une priorité au Canada. Les chefs de police, de pompiers et de services médicaux d’urgence sont fiers du succès de cet important partenariat lancé en 2008.

Pour de plus amples renseignements sur l’utilisation de la bande de 700 MHz pour des données vitales aux missions de sécurité publique, on peut visiter le site www.action700.ca.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, les représentants des médias sont priés de communiquer avec :

Inspecteur (retr.) Lance Valcour, O.O.M.
Directeur exécutif
Groupe d’intérêt canadien en technologie de l’interopérabilité
www.citig.ca
@CITIG_Canada
[email protected]
613-371-7808

Dons Joignez Facebook